Partager :

Par Emmanuel, fondateur BiloBia

Selon une nouvelle étude, le yoga, la méditation et le tai-chi ne font pas que nous relaxer. Ils agissent aussi sur nos gènes et notre ADN, amenant des changements moléculaires qui réduiraient les risques liées à différentes pathologies.

Notre corps humain est doté de capacités extraordinaires, favorisant prévention, auto-guérison et énergie vitale. Ce formidable véhicule que nous portons en nous se révèle d’autant plus bienveillant si nous nous donnons les moyens d’être en connexion avec lui au quotidien, en l’écoutant, en en prenant soin, en lui donnant l’essence – “les-sens” – qui lui ait nécessaire. La physique quantique nous montre que tout ce qui nous entoure est énergie, entretenir notre corps passe par des exercices énergétiques autour de la respiration, de la concentration, de la pleine conscience.

Selon une nouvelle étude scientifique, le yoga, la méditation et le tai-chi ne font pas que nous relaxer. Ces disciplines agissent aussi directement et en profondeur sur nos gènes et notre ADN, amenant des changements moléculaires dans notre organisme. Plus précisément en inversant la réaction moléculaire qui provoque le stress et la dépression.

Le yoga, la méditation et le tai-chi agissent directement sur notre ADN

Les bases de cette étude, une protection naturelle de notre corps

L’approche holistique corps & esprit en connexion avec la nature est de plus en plus démontrée aujourd’hui par des études scientifiques, comme celle que nous vous présentons dans cet article. Cette étude menée par des chercheurs britanniques (université de Coventry) et néerlandais (université de Radboud), publiée dans la revue américaine “Frontiers in immunology” le 16 juin et incluant 846 patients sur 11 années, démontre que les disciplines comme le yoga, la méditation et le taï-chi peuvent inverser les effets néfastes du stress et de la dépression sur notre ADN, en diminuant l’expression des gènes qui favorisent l’inflammation. A l’inverse, l’étude montre que cette inflammation se révèle néfaste lorsque le stress apparait comme chronique et de manière répétée.

L’étude montre que le stress et la dépression activent une réaction moléculaire dans notre ADN, favorisant les épisodes inflammatoires, influençant notre cerveau, notre système immunitaire et notre organisme tout entier. Méditer inverserait cet effet et réduirait les risques de pathologies diverses liées à ces épisodes d’inflammation. Les chercheurs ont ainsi constaté que les personnes pratiquant les disciplines comme le yoga, la méditation et le taï-chi présentent moins de signes d’inflammation, en produisant moins de protéines inflammatoires.

Yoga

Le yoga, la méditation et le taï-chi contre les mauvaises protéines

Si une personne est exposée à un stress, le système nerveux sympathique se met en action en augmentant la production d’une molécule, NF-kB. Cette molécule va avoir une conséquence directe au niveau des gènes. Ceux-ci vont produire des protéines, les cytokines, qui engendrent alors une inflammation des cellules du corps.

Cette réaction est sur le court terme très utile pour notre organisme, mais ce moyen de défense naturel peut après plusieurs épisodes de stress ou de dépression répétés sur le long terme, accélérer le vieillissement et favoriser l’apparition de maladies graves. Les personnes pratiquant des disciplines corps & esprit comme le yoga, la méditation et le taï-chi voient leur production de NF-kB et de cytokines diminuer. Ce phénomène amène une inversion de l’expression inflammatoire des gènes.

Les bénéfices commencent au niveau moléculaire en changeant la façon dont notre code génétique fonctionne

Selon les scientifiques, pratiquer ce type de disciplines permettraient de réduire le risque des maladies favorisées par le processus d’inflammation. « Des millions de personnes à travers le monde jouissent déjà des bienfaits sur la santé des approches corps & esprit comme le yoga et la méditation. Mais ce qu’ils ne réalisent peut-être pas, c’est que ces bénéfices commencent au niveau moléculaire en changeant la façon dont notre code génétique fonctionne. Ces approches poussent le cerveau à diriger nos processus génétiques vers une voie qui améliore notre bien-être », précise Ivana Buric, la Responsable de l’étude.

Méditation. Relaxation

15 minutes seulement par jour suffisent

L’étude évoque en outre que les gènes ne sont pas statiques et que l’activité de notre ADN est conditionnée par la manière dont nous nous comportons et selon quelle est notre hygiène de vie. “En choisissant des habitudes saines au quotidien, précise la Responsable de l’étude, nous pouvons créer une activité génétique bénéfique pour notre santé”. Selon elle, quinze minutes par jour de méditation suffisent pour inverser la tendance.

Avoir une approche naturo globale, saine, avec notre alimentation, notre émotionnel et notre physique, complétée par des disciplines comme le yoga, le taï-chi, la méditation mais aussi le qi gong, nous aide à prendre soin de notre hygiène de vie, de notre bien-être et aujourd’hui cela est démontré, de notre santé.

Emmanuel, fondateur BiloBia, est l’auteur de cet article

Emmanuel Cathala BiloBia